Les entrepreneurs français établis à l’étranger sont très frappés par la crise sanitaire. Beaucoup de ces patrons, qui dirigent des entreprises de droit local, ont fait faillite. Alors que l’État français semble sourd à leur détresse, des voix se lèvent de plus en plus en leur faveur et des solutions se dessinent, notamment à travers le VIE, le Volontariat international en entreprise, dont l’usage pourrait s’ouvrir à ces petits patrons expatriés.

Lisez tout l’article
Author: Corinne Mandjou