L’exécutif tente depuis le mois d’avril de restructurer 66 milliards de dollars de sa dette détenue par des créanciers privés et soumise à législation internationale. Cette semaine, le président argentin Alberto Fernandez les a appelés à accepter sa dernière offre.

Lisez tout l’article
Author: Pauline Gleize